Tél. 01 43 28 83 05

Actualités régionales

Transporter son animal.
24/06/2022

Transporter son animal.

.Partir en vacances, partir en week-end ou tout simplement aller chez le vétérinaire, les occasions sont nombreuses pour transporter votre animal. Voici quelques conseils pour que tous les trajets avec votre chien, votre chat ou votre NAC se passent au mieux !    Transporter votre chien En voiture Beaucoup de chiens n’aiment pas la voiture, ils peuvent même être malades : baver, vomir… Des traitements vétérinaires existent pour éviter ces désagréments lors du voyage. Ils sont généralement à donner quelques heures avant le début du voyage. Il est préférable alors de mettre votre chien dans une caisse de transport dans votre coffre, pour des raisons de sécurité, mais aussi de confort pour lui : il sera ainsi mieux stabilisé ! Si vous ne pouvez pas procéder ainsi, votre chien devra être placé à vos pieds ou sur la banquette arrière, mais seulement si vous possédez une grille de protection ou un système d’attache. Enfin, les chiens craignent la chaleur, voyagez avec la climatisation ou aux heures les plus fraîches en été et n’oubliez pas les pauses pour faire boire votre chien très régulièrement.   En train ou en avion   Les conditions de transport en train sont moins contraignantes qu’en avion : les chiens de moins de 6 kg peuvent voyager dans un panier de transport quant aux chiens de plus de 6 kg, ils doivent être muselés. En avion, les exigences varient en fonction des compagnies aériennes, mais généralement, les petits chiens peuvent voyager dans un panier en cabine avec leur propriétaire alors que les plus gros chiens voyagent en soute dans une caisse de transport aux normes IATA. Il faut donc bien se renseigner avant le départ ! Des traitements tranquillisants peuvent être administrés avant le départ pour que votre chien supporte ce long voyage.   Transporter votre chat En voiture Comme les chiens, les chats doivent être protégés pendant le voyage. Ils doivent être placés dans un panier de transport pour ne pas être mis en danger lors d’un accident : lors de l’impact, mais aussi lorsque les secours arriveront ! Certains chats sont très stressés en voiture, des médicaments sont disponibles pour diminuer cette anxiété.   En train ou en avion   Là encore, les chats répondent aux mêmes règles que les chiens : un panier aux normes dans ces transports est indispensable. En avion, les plus gros chats (et oui, certains chats dépassent les 8-10 kg !) voyageront en soute ! Renseignez-vous bien avant le départ auprès de la compagnie aérienne.   Transporter mon lapin   Il est rare qu’un lapin voyage en avion ou en train. Toutefois, cela est possible et il faut alors respecter les conditions de transport spécifique dictées par la compagnie. En voiture, cela est plus commun ! La solution la plus bénéfique est de faire voyager votre lapin dans sa cage habituelle recouverte d’un linge pour éviter le stress. À chaque arrêt, offrez-lui à boire. Faites attention aux courants d’air pendant le trajet, les lapins y sont très sensibles et peuvent tomber gravement malades. Quelle que soit votre destination, quel que soit votre moyen de transport, il est nécessaire de prendre toutes les précautions pour sécuriser au maximum votre animal pendant le trajet. N’oubliez pas non plus les conditions de voyage très strictes des compagnies aériennes ou ferroviaires. Enfin, si vous passez une frontière avec votre animal, renseignez-vous au préalable sur les conditions de passage de la frontière aussi bien à l’aller qu’au retour !
Bientôt les vacances !
17/06/2022

Bientôt les vacances !

Vos vacances sont planifiées depuis plusieurs mois, mais avez-vous pensé à votre animal ? Où va-t-il passer ses vacances ?   Deux mois avant le départ Il faut déjà savoir si vous pouvez emmener votre chien, chat, furet ou rongeur sur votre lieu de vacances. Pour cela, adressez-vous directement au propriétaire de votre location, au camping… Si vous partez à l’étranger, c’est auprès du Consulat ou de l’Ambassade que vous devez vous informer. Si votre animal est accepté, profitez-en pour demander aussi quelles formalités sont obligatoires, vaccination et passeport notamment. Toute l’équipe de la clinique pourra alors vous renseigner. S’il ne peut pas voyager avec vous, il est alors temps de lui trouver des personnes pour s’occuper de lui. Un chat peut parfaitement rester à la maison, sur son territoire, pendant une semaine si une personne de confiance vient le voir tous les jours, mais les chats, comme les chiens, peuvent aussi être accueillis dans une pension ou chez des particuliers.   Un mois avant le départ Votre animal ne partira pas avec vous : si vous le pouvez, visitez la pension dans laquelle votre animal passera ses vacances ou prenez contact avec la famille qui l’accueillera. Ainsi, votre animal connaîtra les lieux, les personnes qu’il côtoiera pendant plusieurs semaines. Cela est surtout valable pour les chiens. Votre animal vous accompagne : prévoyez les activités que vous pourrez faire avec lui pendant les vacances. Par exemple, sur quelles plages sera-t-il accepté ? Quels monuments pourrez-vous visiter ?     15 jours avant le départ Prévoyez les affaires pour votre animal. Faites une réserve de croquettes, ne changez pas son alimentation pour cette période, quel que soit son lieu de vacances. Offrez-lui quelques jouets… Nous pouvons aussi vous conseiller des aides médicamenteuses sans aucune accoutumance pour l’aider à mieux passer cette période. Même s’il part avec vous, il aura beaucoup de changements ; sinon, il gèrera mieux votre absence. Les voyages en voiture sont aussi éprouvants et les animaux peuvent être malades. Il existe des traitements efficaces.     3-4 jours avant le départ Vous avez tout prévu et tout est prêt pour que vous et votre animal passiez de bonnes vacances ensemble ou non ! Il suffit alors d’emmener votre animal en pension ou, s’il reste à la maison, de tout prévoir pour la personne qui viendra s’occuper de lui. En effet, avec les derniers préparatifs du départ, vous risqueriez d’oublier certains détails pour votre compagnon.    
Départ en vacances avec nos compagnons
10/06/2022

Départ en vacances avec nos compagnons

A l'approche des vacances, il est intéressant de vérifier si vous êtes véritablement au point et prêt à partir avec vos animaux de compagnie ! Testez vos connaissances avec ce quiz ! Chargement…
L'eau et votre animal.
03/06/2022

L'eau et votre animal.

L’eau est indispensable pour la vie de tout animal. Mais quelle eau ? En quelle quantité ?   De l’eau, que de l’eau ! Certains pensent que les animaux et surtout les chats ont besoin de boire du lait. Et ceci est une idée reçue ! En effet, à l’âge adulte, les chats (et les chiens non plus) n’ont pas la faculté de bien digérer le lait de vache. Il ne faut donc leur donner que de l’eau pour assouvir leur soif.   Plus : Et les chatons ou chiots ? Le lait de vache n’est pas non plus adapté, car sa composition est très différente du lait des chattes et des chiennes. Avant le sevrage et si besoin, il existe des laits maternisés adaptés pour ces deux espèces.   Boit-il assez ? Ou trop ? Difficile de savoir quelle quantité d’eau boit votre chien ou votre chat… Pourtant, il existe un petit test tout simple : mesurez la quantité d’eau que vous mettez dans la gamelle le matin et mesurez combien il en reste le lendemain matin. Attention, il ne faut pas que votre animal manque d’eau dans la journée ! Ensuite, il suffit de comparer avec les valeurs suivantes : un chien boit de 50 à 70 ml d’eau par kg de poids par jour et un chat boit de 40 à 60 ml d’eau par kg de poids par jour. À vous de faire vos calculs selon le poids de votre animal et de comparer avec les résultats de votre petit test.    Il boit trop, que faire ? Une augmentation de la prise de boisson s’accompagne généralement d’une augmentation de la quantité d’urine émise. Cela est souvent le signe d’une maladie : insuffisance rénale, problème urinaire, infection de l’utérus… En conclusion, consultez rapidement, nous ferons les examens indispensables pour établir un diagnostic précis et mettre en place un traitement adapté si nécessaire.   Il ne boit pas assez… Pourquoi ? Il est possible, si votre animal ne boit pas assez, qu’il trouve de l’eau autre part, à l’extérieur notamment. Sinon, vous pouvez essayer de changer de gamelle, de lui donner de l’eau de source (pas trop minéralisée) et, bien sûr, de bien vérifier que son eau soit toujours propre et fraîche ! Une quantité d’eau bue trop basse peut être un facteur augmentant les risques de formation de calculs urinaires alors il est préférable de rester vigilant. L’alimentation que vous donnez à votre chien ou votre chat peut aussi influencer sa quantité journalière de boisson. Les aliments humides (pâtée) apportent plus d’eau et il est donc normal que l’eau bue soit moins importante. Un apport d’eau sous forme de pâtée peut alors être nécessaire pour les animaux qui boivent peu. Plus :Certains chats préfèrent boire au robinet. Dans ce cas, pourquoi ne pas lui offrir une fontaine à eau qui vous permettra de répondre aux besoins de votre chat.   En conclusion, ne donnez de l’eau et que de l’eau à votre cher compagnon et n’hésitez pas à mesurer la quantité d’eau bue par jour pour éviter un problème de santé ou détecter toute éventuelle pathologie.
Attention à la chaleur
24/05/2022

Attention à la chaleur

Quand vient la canicule, nous souffrons tous de la chaleur et recherchons tous un peu de fraîcheur, même nos animaux. Voici comment les aider à passer au mieux la saison estivale.   Comment offrir un peu de fraîcheur à nos animaux ? Les animaux ont souvent l’instinct d’aller se placer d’eux-mêmes dans l’endroit le plus frais de la maison. Laissez-les faire, voire même, imitez-les !! Soyez aussi vigilants : votre animal doit toujours avoir à sa disposition de l’eau de boisson fraîche et propre. Veillez à ce qu’il boive suffisamment. Vous pouvez les aider en leur offrant un linge humide, placé éventuellement sur un ventilateur. Il existe même des accessoires rafraîchissants : tapis, bandanas… Vous pouvez alors les emporter partout avec vous, ils sont très faciles d’utilisation où que vous soyez ! Et si vous n’en avez pas, prenez au moins un brumisateur pour rafraîchir vos animaux.   A éviter absolument ! Nous en entendons assez parler : interdiction formelle de laisser votre animal (mais ce sont surtout les chiens qui en sont victimes) dans votre voiture, même la fenêtre ouverte ! Les chiens ne transpirent pas et il ne faut que quelques minutes pour qu’ils souffrent d’un coup de chaleur, voire même en mourir… C’est une triste vérité, mais beaucoup de chiens décèdent de cette manière tous les ans. La plage aussi est à éviter, car il y fait particulièrement chaud ! Et si les balades sont agréables en dehors de la saison estivale, la foule des plagistes en été empêche toute promenade : les chiens restent donc, comme leurs propriétaires, à bronzer sur le sable chaud… Et le coup de chaleur est proche !   Le coup de chaleur Il faut absolument savoir le reconnaître ! On observe un chien qui halète, qui est apathique, respire mal et ne mange pas… Ce coup de chaleur peut aller jusqu’à l’arrêt cardiaque ! Que faut-il faire alors ? Le but est de faire baisser la température corporelle de votre chien en le baignant, mais en évitant de trop grands écarts de température ! Si cela ne suffit pas, une visite en urgence chez le vétérinaire le plus proche ou le vétérinaire de garde est alors indispensable. Les pathologies cardiaques, l’obésité et les pathologies rénales aggravent souvent ce phénomène. D’ailleurs, les chats sont moins concernés par les coups de chaleur sauf les chats malades ou obèses. Pour les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC), la vigilance reste de mise, car ce sont des animaux très sensibles… Il faut donc veiller à les laisser dans une pièce assez fraîche et bien les surveiller les jours les plus chauds.   La chaleur peut être un vrai danger pour votre animal et il ne faut négliger aucun instant et ne prendre aucun risque. La vie de votre animal est en jeu !    
Un furet à la maison
20/05/2022

Un furet à la maison

Vous avez ou souhaitez accueillir un furet dans votre foyer ? Installation, alimentation, soins et santé, voici quelques conseils.    Installer votre furet Pour votre furet, il faut, bien sûr, une cage assez spacieuse afin qu’il puisse se dégourdir dedans ! Vous y placerez un abri pour qu’il puisse se cacher, mais aussi des jouets et un hamac qui servira aussi bien de lieu de jeu que de repos. Enfin, n’oubliez pas une gamelle et un biberon d’eau. Sachez aussi que les furets sont propres et il est important qu’ils aient une petite litière. A savoir : votre furet a besoin de se dépenser. Offrez-lui des moments de liberté, sous votre surveillance, bien sûr !     Nourrir correctement votre furet Le furet est un carnivore. Ses besoins en protéines sont très importants.  Certains parviennent à respecter au maximum l’alimentation naturelle du furet en fournissant à leur compagnon des proies, poussins ou rongeurs, souvent surgelés. Difficile à concevoir pour beaucoup d’autres… Ensuite, étant donné que, à l’état sauvage, le furet ingère des proies entières, il ne paraît pas adéquat de ne donner que de la viande à votre animal. Nous conseillons donc une alimentation sous forme de granulés complets dont le taux de protéine sera très élevé (37 à 47%). Vous pourrez alors la compléter par un œuf ou de la viande fraîche de temps en temps, en tant que friandise. Concernant les quantités, elles dépendent de l’aliment choisi, mais aussi du poids de votre furet. Reportez-vous aux conseils du fabricant figurant sur le paquet.     Soins à apporter à votre furet Le furet a la réputation de sentir fort. Pour cela, il était auparavant conseillé de faire retirer les glandes anales, mais cela est maintenant interdit et il est démontré que la castration précoce suffit généralement à diminuer cette odeur corporelle forte. Si cela ne suffit pas, sachez que les bains et shampooings ne sont pas conseillés, en tout cas, pas régulièrement. Ils déséquilibrent la flore cutanée et peuvent aggraver le problème.   Santé de votre furet Le furet peut présenter différentes maladies. Parmi les principales, on note la maladie de Carré et la grippe. Pour la première, il existe un vaccin que nous pouvons vous proposer à la clinique, mais pour la seconde, il est seulement important que votre furet ne soit pas en contact avec des personnes grippées… On parle aussi souvent de l’hyperoestrogénisme de la furette. Voici quelques informations concernant cette maladie. La furette est en chaleurs tant qu’elle ne s’accouple pas avec un mâle. Si cela ne se produit pas, le taux élevé d’hormones femelles dans le sang pendant plusieurs mois provoque une anémie qui peut s’avérer mortelle. Ainsi, si vous n’avez pas de mâle et/ou que vous ne voulez pas une grande famille de furets, il est indispensable de faire stériliser votre furette dès l’âge de 6-8 mois.   Les furets sont des animaux encore peu connus et, pourtant, très spécifiques ! Nous espérons que ces quelques conseils pourront vous aider et n’oubliez pas de nous poser d’autres questions si nécessaire…
Quiz : Les fausses réputations de nos animaux
06/05/2022

Quiz : Les fausses réputations de nos animaux

Les fausses réputations de nos animaux Au fil du temps, de fausses réputations ont été faites sur nos animaux. Répondez à notre quiz afin de savoir si, durant toutes ces années, vous avez cru à ces fausses informations.  Chargement…
Alimentation du chien et du chat
29/04/2022

Alimentation du chien et du chat

Les nouvelles modes, qu’en penser ? Vouloir bien nourrir son compagnon est une préoccupation légitime de tout bon propriétaire. En effet, comme le disait déjà il y a vingt-cinq siècles Hippocrate, l’alimentation est la première des médecines. C’est pourquoi de nombreuses recherches sont effectuées pour améliorer la nutrition de nos carnivores, et certaines « innovations » méritent d’être validées par la recherche. En effet, devant  l’importance du marché et la difficulté pour le non spécialiste de faire la part des choses, certains avancent avec aplombs des idées parfois dangereuses. Nous vous proposons ici de faire une revue de ces différentes idées.  La ration ménagère est-elle la meilleure solution ? Si la ration ménagère calculée et établie sur mesure pour votre compagnon par un nutritionniste demeure la meilleure réponse nutritionnelle pour lui, elle n’est pas dénuée de difficultés. En effet, il est nécessaire de bien suivre les recommandations et de se fournir des ingrédients de qualité. Une fois ceci fait, il faut encore que votre chien ou votre chat accepte de manger l’ensemble de cette ration, sans écarter quoi que ce soit. Au-delà du coût quotidien et du temps nécessaire pour préparer cette ration, on constate très souvent que quelques mois après la prescription de la ration personnalisée, le repas servi est devenu déséquilibré dans plus de quatre cas sur cinq ! Que ce soit parce que la recette n’est plus suivie scrupuleusement ou parce que le chien et plus encore le chat a influencé le préparateur par son refus de consommer une partie de son repas. Le BARF, bien souvent plus de dangers que de bénéfices ! Partant du principe que le chien est un descendant du loup, certains ont proposé de revenir à une alimentation crue, tirée de carcasses qu’on laisse le chien consommer avant de lui retirer les os et de légumes. Ce principe appelé BARF pour « Biologically Appropriate Raw Food » s’il est parfois reconnu pour limiter la quantité des selles et « nettoyer » les dents, tout en respectant les instincts du chien n’en demeure pas moins bien souvent très dangereux. Des études réalisées par des nutritionnistes à partir de recettes proposées par des « spécialistes » ont montré que toutes sont déséquilibrées, et parfois dangereuses. Au-delà, on a rapporté des obstructions ou des perforations causées par les os, des fractures dentaires, des intoxications et aussi des troubles digestifs liés à des carcasses avariées (voire des transmissions de salmonelles à l’entourage !). N’oublions pas que votre chien n’est plus un loup, et que les loups ne mangent pas les restes : ils tuent une proie et la consomment fraiche, laissant les carcasses aux charognards ! Et en cas de maladie chronique, il n’est pas possible de nourrir un chien avec une alimentation de ce type qui ne saura être équilibrée ; c’est le cas des maladies rénales par exemple. Les aliments sans céréales : plus une mode qu’une nécessité ! Depuis la plus haute Antiquité, les chiens sont des commensaux des hommes et ont donc évolué auprès d’eux depuis de nombreuses générations, au point de très bien supporter l’amidon des céréales. Une étude a montré que nos chiens actuels sont capables de digérer seize fois plus d’amidon que le loup. Cette disposition est bien moins développée chez les chats, qui pour autant tolèrent qu’une partie de leur alimentation soit issue des céréales.  Une mode récente en alimentation humaine veut proscrire les céréales de l’alimentation, mode qui tente de s’étendre aux chiens et aux chats. En fait, si certaines personnes (moins de 2% de la population !) sont allergiques ou intolérantes aux céréales (blé, orge, seigle), les autres peuvent en consommer sans trouble. Il en va de même pour votre compagnon. Soit il ne tolère pas les céréales et dans ce cas il faudra les écarter scrupuleusement de son alimentation, soit il les supporte, et dans la limite de ses capacités digestives il sera possible de les utiliser. Attention à ne pas confondre amidon, céréales et autres sources. Certains fabricants sous prétexte de bannir les céréales utilisent de l’amidon de patate douce, de pois ou de pomme de terre. Bien que ces ingrédients ne présentent en général aucun danger, il faudra veiller à ce que la teneur de l’aliment ne soit pas trop élevée, sous peine de déclencher des troubles digestifs ! L’holistique : nécessité ou filon commercial ? L’holistique consiste à nourrir le chien ou le chat en respectant ses besoins naturels, en utilisant des sources d’ingrédient naturelles. On ne peut que respecter cette idée, qui est à la base de toutes les études menées par les nutritionnistes cherchant à déterminer les besoins de chaque individu. Pour autant, un courant commercial s’est emparé de cette idée pour proposer des aliments industriels dont certains sont parfois mal formulés. Ainsi, les aliments pour chiots sont souvent beaucoup trop dosés en calcium, laissant craindre des troubles ostéo-articulaires. Une lecture attentive des ingrédients montre que certains fruits ou légumes sont incorporés à des doses tellement faibles (moins de  50 mg pour un kilo !), que l’on peut se poser la question de l’intérêt de leur emploi : aucune étude ne vient soutenir ces dosages ! Pour autant, comme la recherche d’une alimentation bio, cette démarche est séduisante ! Alimentation en croquette ou en humide : des avantages à cumuler ! Depuis de très nombreuses années, la plupart des chiens et des chats de notre pays consomment des aliments industriels, et il faut bien constater que leur longévité s’est accrue très sensiblement. Faut-il privilégier les aliments secs (croquettes) ou humides (pâtés,bouchés…) ? En fait, si les croquettes sont souvent moins couteuses, les aliments humides ont aussi des avantages : apport en eau pour augmenter le volume du repas et limiter le risque de surpoids, favoriser la santé urinaire en limitant le risque de calculs ou de bouchons (en particulier chez les chats et les chiens de petites races)…sans oublier les préférences de votre compagnon ! Pour autant, tous les aliments industriels ne sont pas égaux, bien au-delà de la différence de prix qu’il est parfois difficile de s’expliquer à la lecture des emballages ! Votre vétérinaire et son équipe sont des spécialistes de la nutrition et connaissent votre compagnon, ils sauront vous donner des informations précises.
Les troubles digestifs chez le chien
22/04/2022

Les troubles digestifs chez le chien

Les chiens présentent souvent des troubles digestifs : quelques vomissements ou de la diarrhée. Mais faut-il s’inquiéter à chaque fois ? Doit-on consulter son vétérinaire obligatoirement ? Voici quelques éléments de réponse pour vous aider.   Mon chien vomit. Il est fréquent que les chiens vomissent sans pathologie particulière, parce qu’ils présentent une lourdeur sur l’estomac, qu’ils ont trop mangé ou mangé trop vite…Toutefois, parfois, les causes sont plus graves et il faut toujours rester vigilant. Lors de vomissements, il faut tout d’abord mettre le chien à la diète (ne pas lui donner à manger, mais lui laisser à boire ) pendant 12 heures et si les symptômes persistent, il faudra alors consulter votre vétérinaire pour en rechercher la cause. Elle peut être digestive, extradigestive. Il ne faut pas négliger la cause parasitaire, car les vers digestifs peuvent provoquer des irritations et donc une inflammation. La vermifugation régulière est donc indispensable. Ensuite, on recherchera parmi les causes digestives : une intoxication par des produits chimiques, des médicaments ou pourquoi pas du chocolat ? L’ingestion de nourriture avariée ou non comestible ? Un ulcère ou une inflammation de la paroi de l’estomac ? Une intolérance ou allergie alimentaire ? Ou enfin, l’ingestion d’un objet non comestible qui peut provoquer une occlusion ?    Toutes ces causes sont plus ou moins graves, provoquant des vomissements plus ou moins violents, mais dans tous les cas, il faut prendre en charge ces symptômes , car un animal peut rapidement se déshydrater et certains traitements doivent être mis en place en urgence. Il existe aussi des causes non digestives, liées à une maladie plus générale : parvovirose, pyomètre, insuffisance rénale, pancréatite, diabète… Des pathologies graves qu’il faut traiter rapidement pour améliorer le pronostic !   En conclusion, si votre chien vomit toujours après 12h de diète ou s’il vomit et semble vraiment abattu, n’attendez pas et consultez rapidement un vétérinaire !   Mon chien a la diarrhée. Dans les premiers jours et même les premières semaines, on parlera de diarrhée aiguë, mais si les symptômes durent depuis plus de 3 semaines, la diarrhée devient chronique. Les causes de la diarrhée peuvent être différentes qu’elle soit aiguë ou chronique. Fréquentes à l’adoption, les diarrhées peuvent être liées à un changement d’alimentation. En effet, il faut toujours respecter une transition alimentaire.   Comment faire une bonne transition alimentaire ? Il est important de mélanger ancien et nouvel aliment sur 10 à 15 jours au moins en augmentant très progressivement la proportion du nouvel aliment par rapport à l’ancien. Là encore, les parasites intestinaux peuvent être à l’origine de diarrhée chez le chien. La vermifugation est nécessaire 4 fois par an avec un produit vétérinaire adapté. Ensuite, sachez que les chiens peuvent aussi souffrir de gastro-entérites infectieuses dues à des virus ou des bactéries. N’oublions pas que la parvovirose ou la maladie de Carré provoquent aussi de la diarrhée. Les diarrhées chroniques quant à elles peuvent, bien sûr, faire suite aux diarrhées aiguës non soignées. Mais elles peuvent aussi avoir des causes plus graves comme des syndromes de malabsorption-malassimilation, des intolérances ou allergies alimentaires, des maladies immunitaires ou générales. Si votre chien a la diarrhée, commencez par le mettre à la diète pendant 24h pour reposer la muqueuse intestinale et si les symptômes ne s’estompent pas, la consultation s’impose.   Attention ! Si votre chien est jeune, la diète n’est pas conseillée et les risques sont plus importants, réagissez vite !   Vous l’avez compris, un chien qui présente des troubles digestifs tels que vomissements et diarrhée doit être pris en charge rapidement, car les conséquences peuvent être graves ! Le traitement mis en place comprendra des anti-vomitifs, anti-diarrhéiques mais aussi une perfusion dans les cas les plus importants et parfois même une chirurgie pour ôter tout corps étranger intestinal.    
Le moineau du Japon ou Bengali (Lonchura striata domestica)
15/04/2022

Le moineau du Japon ou Bengali (Lonchura striata domestica)

Ce passereau a été créé par l’homme il y a plusieurs siècles par croisement de moineaux asiatiques. Dans la nature, on trouve ses ancêtres sur certaines îles indonésiennes.    Comment différencier le mâle de la femelle ?  Seul le mâle chante.    Alimentation conseillée :  Il est conseillé de nourrir les moineaux du Japon avec 40% de graines de bonne qualité, 40% de granulés complets pour passereaux et 20% de fruits et légumes frais variés et de laisser un os de seiche en permanence dans la cage des femelles. Rappelons que les femelles peuvent pondre même en l’absence de mâle (comme les poules !). Les « gâteaux pour oiseaux » à base de gras et de sucre (miel…) sont à proscrire, de même que les graviers pour oiseaux, qui sont inutiles et peuvent obstruer le tube digestif de l’oiseau s’il les avale.    Soins préventifs :  Il n’y a pas de vaccin annuel obligatoire à faire chez les moineaux du Japon. Toutefois, il est important de vérifier à l’achat que votre oiseau n’est pas porteur d’une bactérie transmissible à l’homme (Chlamydophila). Cette bactérie se détecte grâce à une prise de sang, qui peut être effectuée chez votre vétérinaire.  Certains moineaux du Japon sont porteurs sains de parasites contagieux pour les congénères (Cochlosoma), notamment d’autres espèces de passereaux. Il est important de dépister ces parasites si vous introduisez un oiseau dans une colonie, et d’effectuer une quarantaine de 45 jours. Si vous décidez de faire reproduire vos oiseaux, assurez-vous que leur état de santé le permet. Il est conseillé de consulter un vétérinaire avant de se lancer dans la reproduction ou d’utiliser les moineaux du Japon comme parents adoptifs d’autres passereaux.  Beaucoup de passereaux apprécient les bains sous l’eau tiède. Vous pouvez proposer une coupelle d’eau à votre oiseau ou l’emmener près d’un robinet pour observer sa réaction. avec les oiseaux habitués aux bains : ils pourraient s’y jeter en croyant qu’elle leur est destinée. Toutefois, attention aux casseroles d’eau bouillante.
12345678910...