Tél. 01 43 28 83 05

Actualités régionales

Comment éduquer mon chiot ?
20/07/2017

Comment éduquer mon chiot ?

Vous venez d’acquérir un petit chiot et votre seul désir est de le gâter beaucoup et de le rendre heureux. Ceci est tout à fait compréhensible, mais il faut tout de même savoir se donner des limites, car pour être heureux, un chien n’a pas besoin d’être le roi à la maison, bien au contraire . Pourquoi une éducation «stricte» est nécessaire ? Pour que votre chiot soit à sa place dans votre famille (c’est-à-dire dans sa meute), il est bien évident que vous devez être le dominant . S’il existe un flou quant à cette hiérarchie dans l’esprit de votre chien, c’est-à-dire si vous lui laissez certaines prérogatives de dominant, il pourra se rebeller et devenir éventuellement agressif ou destructeur plus tard. C’est pourquoi il est indispensable de mettre dès le départ votre petit chiot à sa place sociale de dominé. Comment s’établit la hiérarchie dans une meute (pour le chien : votre famille) ? En fait, la dominance s’établit autour de 4 points principaux : 1 / L’ACCÈS À LA NOURRITURE le dominant mange en premier, les autres (dominés) le regardent manger, il mange lentement et laisse les morceaux moins « nobles » pour le reste de la meute. 2 / LE LIEU DE REPOS chez le dominant, il est central ou en hauteur et permet de gérer les accès de la maison (ex : le lit, le canapé, le couloir, ou la porte d’entrée). 3 / L’ACCÈS À LA SEXUALITÉ seul le dominant a le droit de s’accoupler en public, les dominés doivent le faire à la sauvette et en cachette du dominant. 4 / L’ACCÈS AU CONTACT ce sont les dominants qui gèrent les temps de contact avec les dominés (quand ils n’ont plus envie de se laisser toucher, ils grognent et mordent rapidement si le dominé ne s’écarte pas). Comment leur appliquer de bonnes règles dès le départ ? Pour que votre chiot se sente donc bien dans sa tête et à sa place dans la famille, il faut : le faire manger après vous (ou alors une heure avant si cela ne vous est pas possible), dans un lieu isolé et en votre absence. La gamelle doit être retirée au bout d’un quart d’heure même si elle n’est pas terminée : un chiot qui boude devant ses croquettes est souvent un chiot qui vous teste pour voir s’il peut adopter un comportement plus dominant. Si le chiot grogne lorsqu’on lui retire sa gamelle , il faut prendre une allure autoritaire (buste en avant, bras écartés, voix forte) et le gronder. Attention : Les chiens dominés peuvent également grogner lorsqu’on approche de la gamelle, mais ils se retirent pour laisser la place au dominant très rapidement. Ce sont généralement des chiens qui mangent très vite et qui ne laissent pas de restes (de peur que le dominant arrive et qu’il les empêche de manger). Ne pas le faire dormir avec vous dans votre chambre ou sur votre lit car la chambre à coucher et le lit doivent être réservés au dominant (c’est-à-dire vous). Il est vrai qu’il est parfois difficile d’entendre le chiot pleurer dans la cuisine et de savoir que si vous le prenez avec vous il va s’arrêter, mais il ne faut pas céder. Vous éviterez ainsi deux types de problèmes : les problèmes de dominance ainsi que les problèmes d’hyper-attachement. Il faut donc lui installer un panier dans un coin d’une pièce (dans la cuisine ou dans le salon) mais pas dans l’entrée, ni dans le couloir, car ce sont des lieux de passage qui permettent de surveiller les allées et venues de tout le monde. Idéalement ce couchage sera installé sous une table, ou dans un lieu dont le « ciel » est bas. Ce lieu de couchage doit être réservé à votre chiot, et il faut éviter d’aller l’y trouver, surtout pour une action désagréable. Si votre chiot mâle vous chevauche comme pour s’accoupler, il faut refuser ce comportement , car la reproduction est réservée au chef de meute. Il faut, dans ce cas, lui dire un « non » ferme et l’envoyer se coucher dans son panier. C’est vous qui devez gérer les contacts avec votre jeune chiot : vous devez choisir vous-mêmes les moments de jeux, de caresses et de câlins avec lui. C’est toujours vous qui devez initier le contact lorsque vous en avez envie . Ceci permet également d’éviter un trop grand hyper-attachement de votre chiot pour vous. Par moment, si vous ne voulez pas jouer, il faut arriver à dire à votre chiot d’aller se coucher dans son panier : ce n’est pas lui qui doit décider , mais vous. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile et quelques écarts sont possibles : tout dépend aussi du caractère du chiot. Certains chiots auront en effet besoin d’une éducation moins ferme que d’autres. Il n’y a pas de règle absolue. La puberté, un moment crucial L’acquisition définitive de la hiérarchie se fait à la puberté : il est donc bénéfique de tout faire pour le mieux dès le départ. Mais les erreurs d’éducation ne sont pas irréversibles... et plus on s’y prend tôt, plus les choses sont faciles à changer. En effet, un chien peut et doit comprendre par l’éducation que, dans une famille, les humains sont les dominants et lui est le dominé . Avec les enfants, il faudra redoubler de vigilance. Un chiot, et même un chien, ne reconnaît pas forcément d’emblée un enfant pour un humain : il recherchera donc à se positionner hiérarchiquement par rapport à cet « être ». Il faut donc veiller à ce que les jeunes enfants ne restent pas seuls et surtout ne soient pas tentés de faire montre d’autorité par mimétisme avec un adulte tant que vous ne connaissez pas les réactions de votre chiot. En revanche, quand il s’agit de rapports avec les autres chiens, l’intervention de l’homme ne sert à rien. Il faut en effet que les chiens établissent leurs rapports dominants/dominés entre eux. Conclusion L’éducation d’un chiot passe par une bonne compréhension du système social dans lequel il se situe. Il est indispensable que tous les gestes quotidiens des membres de la famille lui confèrent une position de dominé au sein de la meute qu’est la famille. En respectant ces principaux conseils, votre animal sera rassuré sur sa position , et votre relation n’en sera que plus équilibrée. Certains vétérinaires se sont spécialisés dans le comportement et pourront vous aider si besoin. N’hésitez pas à nous demander conseil, notre équipe est là pour vous aider.  
Quelles boissons pour nos chiens et chats ?
13/07/2017

Quelles boissons pour nos chiens et chats ?

La meilleure boisson que vous puissiez offrir à votre chien ou chat en bonne santé, c'est de l'eau ! Accompagnée d'un régime alimentaire de qualité et bien équilibré, elle garanti une vie saine à votre ami. De l’eau pour nos chiens et chats Pour rester en bonne santé, nos chiens et chats doivent boire une eau propre et disponible à volonté. En effet, leur corps étant composé d’eau en majeure partie, il est vital pour eux de maintenir un niveau d’hydratation corporelle optimal. Mais quelle quantité d’eau doivent-ils consommer chaque jour pour conserver un bon état d’hydratation ? Il est difficile de répondre par un chiffre précis à cette question car l’eau bue par nos amis ne représente pas la quantité d’eau totale qu’ils ingèrent quotidiennement. En effet, les aliments contiennent aussi de l’eau dont la quantité diffère en fonction de la catégorie de nourriture ingérée. Les croquettes ont une teneur en eau plus faible que les boîtes ou que la ration ménagère. En outre, la température extérieure, l’âge de l’animal ainsi qu’un allaitement éventuel comptent parmi les facteurs qui influencent aussi les besoins en eau de nos amis. Cependant, même si elle est difficilement quantifiable pour les chiens et chats en général, il est important d’observer la quantité approximative d’eau bue par votre ami en particulier, avec son régime alimentaire habituel, afin de pouvoir détecter un éventuel changement d’habitude : Une augmentation de la prise de boisson peut en effet être un signe de maladie. Une boisson adéquate pour votre chat Une idée reçue consiste à penser que les chats doivent recevoir du lait en guise de boisson principale. Il n’en est rien ! Si le chaton boit le lait de sa mère, le chat adulte étanche sa soif avec de l’eau, comme la plupart des autres mammifères. Cependant, certains chats digèrent le lactose plus facilement que d’autres et consomment du lait sans être victimes de diarrhée. Les chats adultes ayant pris l’habitude de boire du lait et appréciant cette boisson peuvent consommer du lait pour chat ou du lait de vache mélangé à de l’eau. Si votre félin a accès à l’extérieur, ne vous étonnez pas de ne pas le voir boire dans son écuelle ! En effet, de nombreux individus préfèrent consommer l’eau de pluie lors de leurs balades dans la nature. Enfin, certains chats fins gourmets consomment plus volontiers leur eau dans une écuelle en verre, certains bols en plastiques transformant légèrement le goût de l’eau. Les boissons spécifiques pour chiens et chats Dans nos pays industrialisés où les chiens et chats occupent une place de plus en plus importante, le commerce animalier ne cesse de se développer et propose aujourd’hui des boissons pour chiens et chats. Elles diffèrent de l’eau par un enrichissement en acides aminés essentiels, vitamines, minéraux et acides gras, ainsi qu’une saveur qui ravirait un grand nombre de nos petits carnivores domestiques. Ces boissons ne remplacent cependant pas l’eau dont doit disposer votre animal quotidiennement et à volonté. Déclinées en version chien ou chat junior, adulte et senior, elles font office de complément alimentaire et peuvent être distribuées en parallèle à la ration alimentaire et à l’eau de votre ami. Source chien.com
Trop de maîtres font fausse route, PAS de prétexte à l'abandon - Campagne de la SPA
29/06/2017

Trop de maîtres font fausse route, PAS de prétexte à l'abandon - Campagne de la SPA

Chaque été, des milliers d’animaux sont abandonnés . Mais les départs en vacances ne sont qu’un prétexte parmi beaucoup d’autres ! Déménagement, achat impulsif, problèmes d’emploi du temps... Les maîtres irresponsables trouvent toujours une raison pour se séparer de leur compagnon. Et quel que soit le prétexte, les animaux vivent toujours l’abandon comme une terrible souffrance . 100 000 animaux abandonnés chaque année 17 000 abandonnés aux portes de la SPA 46 000 animaux recueillis tous les ans dans les 63 refuges et maisons SPA Toutes les victimes d’abandon comptent sur vous !
Comment protéger son chien des dangers liés à la chaleur et au soleil ?
23/06/2017

Comment protéger son chien des dangers liés à la chaleur et au soleil ?

L'été est souvent l'occasion de profiter de belles journées ensoleillées en compagnie de votre animal. Mais soyez prudents, car nos compagnons à poils ont encore plus de mal que nous à supporter les températures parfois élevées de l'été. Il faut donc veiller à les protéger d'un éventuel coup de chaleur, ses conséquences pouvant être dramatiques. De plus, plus personne n'ignore aujourd'hui que le soleil a des effets ravageurs sur la peau et favorise l'apparition de tumeurs souvent malignes. Il est donc essentiel de protéger votre peau mais aussi celle de votre chien ou de votre chat. La transpiration chez le chien et le chat Les animaux souffrent davantage de la chaleur que nous car ils sont incapables de transpirer, sauf très légèrement de la truffe et des coussinets. Ils halètent donc la gueule grande ouverte pour faire baisser leur température.   Le chien et le chat ayant ainsi beaucoup de mal à réguler la température de leur corps, il faut veiller à ne jamais les exposer trop longtemps au soleil ou dans des endroits surchauffés, en particulier dans les voitures, où l'effet d'étuve peut leur faire atteindre une température corporelle de 41°c et devenir fatal. Le coup de chaleur chez le chien Attention à ne jamais laisser votre chien en voiture en plein soleil ! Au regard de sa physiologie, le chien est fortement sensible au coup de chaleur. Ceux qui souffrent le plus sont les chiens aux museaux écrasés qui ventilent mal.   Lorsqu'un chien est victime d'un coup de chaleur, il halète de façon inhabituelle, se met à baver une sorte de mousse, ses muqueuses passent au rouge sombre voire au bleu, il titube et la déshydratation qui s'ensuit peut provoquer un coma ou un choc cardiaque avec une mort en quelques minutes.   En cas de coup de chaleur, il est urgent de conduire le chien chez un vétérinaire, en prenant soin de le rafraîchir abondamment au moyen d'une serviette trempée dans de l'eau froide que vous placerez sur son corps. Pour faire baisser cette température pouvant s'élever jusqu'à plus de 42°C, vous pouvez aussi arroser le chien d'eau fraîche, l'immerger ou mettre des glaçons sur son ventre. La prévention pour protéger le chien et le chat de la chaleur En règle générale, laissez toujours de l'eau fraîche à la disposition de votre animal et voyagez plutôt de nuit, en prévoyant des arrêts réguliers pour le faire boire.   Lorsque vous ne pouvez faire autrement que de laisser votre animal dans un véhicule en stationnement, veillez à ce que cet arrêt ne dure pas plus d'un quart d'heure et que le véhicule soit dans une zone ombragée. Les vitres doivent alors être ouvertes et l'animal doit avoir une gamelle d'eau fraîche à sa disposition. Attention toutefois à vous souvenir que la Terre tourne autour du soleil, ce qui entraîne un changement des zones ombragées au fur et à mesure du temps.   De plus, pour lutter contre le risque de coup de chaleur, n'hésitez pas à utiliser un linge mouillé pour votre animal comme expliqué précédemment, mais cette fois-ci de manière préventive. Exposer son animal au coup de chaleur, un acte puni par la loi Exposer son animal à un coup de chaleur constitue un acte de maltraitance puni par la loi. Aucun animal ne doit donc être enfermé dans une voiture sans système d'aération. Mais le risque de coup de chaleur n'existe pas uniquement en voiture : il se présente aussi par exemple chez les animaux maintenus à l'attache ou gardés sur un balcon.  Les animaux maintenus à l'attache Un arrêté ministériel du 25 octobre 1982 énonce que l'animal doit avoir un abri en matériau isolant, une gamelle d'eau fraîche et de la nourriture équilibrée et abondante. Le trolley coulissant doit avoir une longueur minimum de 2,50 m ; le trolley fixe doit avoir une longueur minimum de 3 m sans possibilité de raccourcissement. De plus, il faut savoir que l'attache d'un jeune animal n'ayant pas atteint sa taille adulte est strictement interdite. Les animaux gardés sur un balcon Là aussi, l'animal doit avoir un abri pour se protéger, de la nourriture et une gamelle d'eau fraîche. Pour les balcons orientés plein Sud, une tendue ou un parasol est également nécessaire. Bien entendu, l'animal ne doit pas vivre toute la journée sur le balcon, cela ne doit être que temporaire. Que faire si on remarque un animal risquant un coup de chaleur ? En France, maltraiter un animal est un délit. La loi française distingue plusieurs degrés dans la maltraitance, mais tous peuvent être réprimés par les tribunaux.   L'A.D.P.A. (Association pour la Défense et la Protection des Animaux) en appelle donc au civisme de chacun, en particulier lorsque les grandes vacances d'été approchent : si vous identifiez un cas de maltraitance sur un animal, n'hésitez pas à contacter les services de gendarmerie afin qu'ils puissent intervenir. Source : http://www.chien.com/
Les parasites internes chez le Chat
14/06/2017

Les parasites internes chez le Chat

Bien que la fréquence du parasitisme chez les chats reste difficile à évaluer, contrairement à ce qui se passe chez le Chien, il est nécessaire de vermifuger régulièrement son chat . Cette vermifugation est d’autant plus utile si votre chat à tendance à sortir et surtout s’il consomme, même occasionnellement, des proies. Le parasitisme , même en l’absence de symptôme, peut affaiblir votre compagnon et le rendre plus fragile face à certaines maladies . Les chatons sont plus souvent parasités que les adultes, et les troubles engendrés peuvent nuire à leur croissance et, dans certains cas, à leur santé. Quels vers peuvent infecter les chats et comment se contaminent-ils ? On distingue deux sortes de vers , en fonction de leur forme : les vers ronds ou nématodes et les vers plats ou cestodes. LES VERS RONDS : - Toxocara cati (Ascaris). C’est le plus fréquent des nématodes, qui parasite l’intestin grêle, notamment chez les chats de moins d’un an. Ce type de ver autrement appelé ascaris ressemble à des spaghettis et forme des pelotes qui peuvent engendrer des irritations intestinales, des diarrhées, mais aussi des obstructions digestives, voire une gène respiratoire d’origine larvaire. Les chatons sont en général contaminés par les mères qui sont porteuses de larves, sans pour autant - Toxascaris leonina est également un ver rond, rencontré plutôt chez les chats adultes vivant en milieu rural et consommant leurs proies. - Les Ankylostomes , (Uncinaria stenocephala etc.), sont communs aux chiens et aux chats, mais sont peu fréquents chez nos félins car ne se transmettent pas par le lait de la mère. LES VERS PLATS : Les ténias , Taenia teniaeformis et Dipylidium caninum, que les chats partagent avec les chiens, sont des vers segmentés. Les chats se contaminent le plus fréquemment par l’ingestion de puces. On repère la présence de ténias le plus souvent, par une augmentation de la consommation alimentaire, ou par la présence de «grains de riz» (des segments de 5 mm environ contenants les oeufs) qui se retrouvent sur les selles ou aux marges de l’anus. Parfois, la présence de ces segments peut entraîner une irritation de la zone péri-anale chez les chats. La consommation de souris est à la source des contaminations par Taenia teniaeformis, et si votre chat pêche, il peut être infesté par un autre cestode, Diphyllobothrium latum. Contrairement à ce qui se passe avec les chiens, le chat n’héberge pas de forme transmissible à l’Homme d’Echinococcus, particulièrement dangereux pour nous. Quels autres parasites intestinaux mon chat peut-il porter? • Les chats peuvent être porteurs de protozoaires, des parasites unicellulaires pathogènes. On estime que près de la moitié des chatons en sont porteurs, alors qu’à l’âge adulte, il n’y a qu’un chat sur dix concerné. L’infection se fait par ingestion des oeufs présents sur le sol ou par consommation de viande crue infestée (souris notamment !) •  Les Giardias atteignent aussi bien les jeunes que les adultes et vont provoquer des diarrhées de l’intestin grêle. La croissance du chaton est alors ralentie et l’adulte présentera un amaigrissement. Des diarrhées chroniques intermittentes et parfois sanguinolentes sont possibles. Dans certains cas, les symptômes chez l’adulte sont imperceptibles. • Les coccidies représentent une famille importante de parasites chez les chats. Parmi les coccidies deux doivent retenir l’attention : Les Isospora, qui sont susceptibles de provoquer des diarrhées sévères chez les chatons, et surtout les toxoplasmes (Toxoplasma gondii) qui sont transmissibles à l’Homme. On estime que la plus grande majorité des chats ont été infecté par le toxoplasme sans pour autant avoir présenté de symptômes, sauf chez les très jeunes pour lesquels l’issue peut être fatale. Le chat est le seul hôte qui héberge des formes intestinales. Le risque pour les femmes enceintes est important à connaitre, mais il est quasiment nul si les chats ne sortent pas et ne consomment pas de viande crue.Votre vétérinaire pourra vérifier si votre chat est atteint par ces parasites par une analyse microscopique des selles de votre chat; si celui-ci est excréteur. Quand suspecter un parasitisme et faut-il vermifuger régulièrement en absence de troubles ? Lors de tout épisode de troubles digestifs intermittents, de diarrhée importante, de retard de croissance chez le chaton ou de perte de poids chez un adulte , il faut penser à une infestation par des parasites intestinaux. Certains parasites du chat étant susceptibles de se transmettre à son propriétaire et surtout aux enfants , il est nécessaire de pratiquer la vermifugation des chats adultes, surtout s’ils ont un accès à l’extérieur ou si vous avez trouvé des puces. Attention ! : La plupart du temps le parasitisme passe inaperçu chez les chats ! Chez les chatons, qui sont plus souvent porteurs de parasites internes, une vermifugation régulière tous les mois jusqu’à six mois est recommandée. À l’âge adulte, en fonction du mode de vie, la vermifugation devra être adaptée (de 2 à 4 fois par an). Quel vermifuge ou traitement choisir pour mon chat ? Certains vers peuvent provoquer des troubles graves chez un chaton : il faut donc le vermifuger. Mais pour autant il faut choisir un traitement adapté ; en effet la mort massive des vers intestinaux peut conduire dans certains cas à une intoxication. Le choix du traitement préventif ou curatif approprié nécessite de consulter votre vétérinaire. Dans certains cas, il pourra vous proposer un examen microscopique des selles de votre chat afin de déterminer quel sera le traitement le plus adapté. Il faut en effet choisir des molécules actives sur tous les stades parasitaires et en fonction du poids, de l’âge et du mode de vie et donc du risque de contamination de votre compagnon et la plupart des traitements actifs nécessitent une ordonnance. Conclusion La présence de vers chez animal peut engendrer des troubles plus ou moins graves. Demandez conseil à votre vétérinaire qui vous conseillera la forme la plus pratique pour votre chat et vous indiquera la fréquence, les doses et les précautions éventuelles à prendre. Un bon contrôle des parasites internes renforce la santé de votre chat !  
Emmener son chat en vacances ?
09/06/2017

Emmener son chat en vacances ?

Vous souhaitez partir en vacances avec votre chat ? Pour que tout se passe au mieux pour lui et pour vous, il est préférable de prendre quelques précautions : Emmener son chat en vacances ou pas ? Les longs week-ends du printemps sont là, et les longues vacances de l'été approchent. Pour les propriétaires de chats, la question se pose : que faire de lui pendant ces congés, faut-il le prendre avec soi ou doit-il rester à la maison ? Et dans tous les cas, comment le préparer au mieux aux changements que ces vacances vont lui imposer ? Sandrine Ostmane, comportementaliste chat, répond à vos interrogations.   En règle générale, le chat est plus " territorial " que " social ", cela signifie qu'il est plus attaché à son espace familier qu'aux individus de la famille, humains ou animaux. L'éloigner de son territoire peut donc générer chez lui un stress important. Toutefois, certains chats ont développé d'importantes compétences sociales et supportent difficilement l'absence des êtres d'attachement. Il reste à la maison, comment faire ? Si votre absence ne doit pas excéder trois jours, il peut être plus facile de laisser l'animal à votre domicile. Prenez soin de demander à une personne, toujours la même, de passer chez vous une ou deux fois par jour afin de changer l'eau, nettoyer la litière, donner des croquettes, et, si le chat sollicite contacts et jeux, y répondre.   Ainsi, le chat ne souffrira pas du silence et du vide laissés dans votre foyer par votre départ ; cette situation anxiogène peut déclencher chez certains animaux des comportements indésirables, malpropreté, agressivité, alopécie (accélération de la chute des poils) suite à des léchages excessifs. Pour une absence plus longue, une autre solution de garde peut être envisagée.   Il existe des structures qui proposent une garde à domicile, la personne installée chez vous prend soin de votre chat et préserve votre domicile d'intrusions éventuelles.   Vous pouvez aussi choisir de mettre votre chat en pension le temps de vos vacances. Pour faire votre choix, la visite des lieux est indispensable ; vous devez avoir accès aux locaux, si on ne vous y autorise pas, repartez avec votre animal. Dans ces lieux, le chat doit avoir la possibilité de vivre dans les trois dimensions avec des étagères et des cachettes pour se protéger de la vue des autres chats ; un endroit doit être prévu pour faire ses griffes ; il peut avoir un accès à une fenêtre afin de voir les oiseaux ; ses croquettes, de sa marque habituelle, doivent être proposées en libre service ; la climatisation l'été et le chauffage l'hiver sont idéals.   Enfin, l'espace de vie dont il dispose à la pension ne doit pas être partagé avec d'autres chats, ou, si tel est le cas, le nombre de chats obligés de vivre ensemble doit être très réduit. Ce partage forcé peut entraîner du stress, des conflits, mais aussi des blessures ; de plus, il augmente le risque de contagion si les risques sanitaires ne sont pas maîtrisés. Toutefois, certains chats habitués dès leur plus jeune âge à passer les vacances dans une pension de qualité, toujours la même, peuvent cohabiter sans problème ; dans tous les cas de figure, il peut exister des exceptions. Il vient avec vous, comment le préparer ? L'idéal est de préparer le chat dès son plus jeune âge, si cela est possible, à vous accompagner pendant vos longs séjours. Quelques mois avant votre départ, laissez sa cage de transport ouverte, avec un coussin confortable à l'intérieur dans une pièce de vie agréable pour le chat. Laissez-lui le temps de prendre l'habitude de s'y installer spontanément et en toute liberté. Souvent cette cage de transport est utilisée pour les visites chez le vétérinaire, ce qui fait fuir l'animal à sa simple vue.   Ensuite, faites quelques courts déplacements en voiture à titre d'expérience. Pour des raisons de sécurité, le chat ne doit pas être sorti de sa cage à l'intérieur de la voiture ; les systèmes d'attaches et de harnais souvent utilisés pour le chien sont moins adaptés pour le chat et moins sécurisant que la cage de transport. Le grand jour est arrivé, en route pour les vacances. Pendant le trajet, proposez fréquemment de l'eau à votre chat et protégez-le de la chaleur ; un animal laissé dans une voiture, même à l'ombre, peut avoir un coup de chaud mortel, dès les premiers symptômes (l'animal bave, halète, sa langue devient violette), consultez rapidement un vétérinaire. Et pour éviter les otites, ne laissez pas la fenêtre ouverte de son côté. Changer fréquemment de lieu de villégiature est beaucoup demander d'un chat, mais il ira volontiers dans une maison de vacances si celle-ci est toujours la même.   À votre arrivée, et avant même de décharger vos bagages, installez le chat dans une pièce confortable que vous prendrez soin de fermer, ainsi il sera au calme pendant ces premières heures qui sont souvent agitées par l'installation de la famille dans les lieux. Installez-le dans une chambre, avec tout le nécessaire, litière habituelle, eau, croquettes habituelles, son grattoir habituel comme un tapis ou un paillasson ramené de la maison sur lequel il aime déposer un marquage visuel par des griffades.   Le temps d'adaptation dépend de l'animal, il vous revient donc d'observer votre chat et de décider du moment de l'ouverture de la porte. Vous verrez vite si votre chat est à l'aise ou apeuré, s'il se terre sous le lit ou s'il explore la pièce sans crainte. Surveillez qu'il s'abreuve et s'alimente correctement ; même si les deux premiers jours il peut y avoir une petite baisse d'appétit, le chat doit s'alimenter rapidement. Vérifiez également l'utilisation de la litière et si le voyage, la chaleur et le stress n'ont pas déclenché une diarrhée.   Quand vous verrez votre chat en confiance dans cette pièce, vous pourrez lui ouvrir petit à petit le reste de la maison. Laissez-le découvrir tranquillement ce nouvel environnement. Attention toutefois à toujours laisser cette chambre ouverte pour qu'il s'y réfugie si nécessaire ; attention également à ne pas laisser portes et fenêtres ouvertes.   Certains propriétaires pensent qu'il est bien pour le chat de profiter du jardin et le maintiennent attaché par une laisse et un harnais. Il peut s'en trouver totalement inhibé et prostré ; en cas de danger ou d'attaque d'un autre félin, il ne peut plus ni fuir ni se défendre car il n'est pas libre de ses mouvements. D'autre part, si le chat vit habituellement sans accès extérieur, il peut se passer de sortie pendant les vacances ; lui faire goûter aux différentes odeurs, au contact de l'herbe fraîche, à savourer sa liberté, risque de créer une frustration qui peut entraîner des troubles du comportement au retour (agressivité, par exemple).   Vous l'aurez compris, il n'existe pas de solution idéale et unique ; avec le Comportementaliste chat, vous trouverez ce qui conviendra le mieux à votre animal, l'emmener avec vous, le laisser à la maison sous la garde d'un voisin bienveillant, le mettre en pension. Mais dans tous les cas, ces vacances doivent être préparées. Les chats sont inégaux face au changement ; les chatons mal sevrés, les vieux chats, les peureux ou anxieux de nature sont plus sensibles que les autres, il faut redoubler de précautions pour qu'ils puissent aborder ce changement le mieux possible.   Le comportementaliste chat vous aidera également à préparer au mieux votre départ avec le type de garde le plus adapté à votre chat. À ne pas oublier dans les bagages : Serviette de toilette à placer dans sa caisse de transport en cas de malpropreté pendant le voyage ; en prévoir d'autres pour le restant du voyage. Son paillasson préféré ou tout autre support où il aime procéder à des griffades. Bac à litière. Litière. Pelle à litière. Sacs plastiques. Coordonnées du vétérinaire le plus proche de votre lieu de vacances, ces recherches peuvent vous être utiles en cas d'urgence. Croquettes. Eau. Carnet de santé ou passeport (se rapprocher de votre vétérinaire).  Vaccinations à jour. Carte d'identification (tatouage ou puce). Une trousse de secours à constituer auprès de votre vétérinaire. Pensez également à adjoindre au collier (avec élastique de sécurité pour que votre chat ne s'étrangle pas s'il s'accroche à une branche d'arbre) de votre animal une médaille avec votre nom et votre numéro de portable et signalez au fichier félin (01 55 01 08 08) toute modification concernant vos coordonnées. Conduite à tenir en cas de perte : Prévenez le fichier félin pour les chats tatoués au 01 55 01 08 08 et indiquez les coordonnées de votre lieu de vacances. Prévenez les fourrières et les vétérinaires les plus proches. Faites une déclaration de perte au commissariat de police. Cette démarche facilitera la récupération de l'animal à la fourrière.     Sandrine Otsmane - Comportementaliste Chat et Chien Spécialiste des Relations Homme/Animal - Chien, Chat, Mode d'Emploi Site : www.comportementaliste-chats.com Mail : contact@chienchatmodedemploi.com Tél : 06.64.64.28.86   Source : http://www.chatsdumonde.com
Le traitement d’une plaie
16/05/2017

Le traitement d’une plaie

Nos animaux peuvent se blesser. Certaines blessures nécessitent une intervention du vétérinaire, et d’autres peuvent être soignées par le propriétaire. Il ne faut jamais sous-estimer la gravité d’une plaie, car en fonction de sa localisation, du type et de l’origine de la blessure, celle-ci peut s’aggraver si elle n’est pas prise en charge correctement. En fonction de la blessure, vous pourrez être amenés à gérer deux grandes étapes : Stopper une hémorragie Si la blessure est profonde et que la plaie saigne abondamment. Il faut commencer par arrêter l’hémorragie. Immobiliser correctement l’animal, en prenant soin de limiter le risque de morsure ou de griffures de sa part. Car naturellement, il aura tendance à vouloir se protéger et se défendre lorsqu’il a mal. Une fois l’animal immobilisé et sécurisé, vous pouvez exercer une pression directement sur la plaie , à l’aide d’une compresse stérile, idéalement, ou d’un tissu propre si vous n’avez rien d’autre sous la main. Essayez si vous le pouvez, d’ élever la partie blessée . En fonction de la plaie, cette compression pourra accélérer la formation du caillot de sang. Ne soulevez pas la compresse pour voir si la plaie saigne encore , sinon vous risquez de ralentir la formation du caillot. Si la compresse s’imbibe complètement de sang, ne l’enlevez pas, mais rajoutez une autre compresse. Si l’hémorragie est grave , une pression directe sur les artères de la région blessée peut s’avérer nécessaire. Les principales artères sont situées sous les aisselles des pattes avant, sous la partie supérieure des pattes arrière, et sous la queue. En cas d’hémorragie, une fois ces premiers soins prodigués, rendez-vous très rapidement chez votre vétérinaire. Seul ce dernier saura évaluer la gravité de la plaie et mettre en place un protocole de soin et de traitement adapté. Limiter les risques d’infection Si vous avez affaire à une plaie de petite taille, et superficielle , alors vous pouvez utiliser de l’eau et du savon, ou des produits type « Bétadine » ou « Biseptine » diluée pour la nettoyer (Attention à ne jamais utiliser du Mercurochrome, un poison pour les chiens et chats qui peuvent l’avaler). Attention à ne jamais mélanger deux produits qui pourraient se neutraliser et perdre en efficacité. Idéalement, essayez de couper aux ciseaux les poils situés autour de la plaie. Ensuite, appliquez une pommade ou un spray antiseptique utilisé pour la santé animale. Sur des animaux sensibles, vous pouvez pulvériser le spray sur la compresse et appliquer ensuite celle-ci sur la plaie. Protégez la plaie d’un bandage pas trop serré pour laisser le sang circuler, mais suffisamment pour que celui-ci tienne correctement. Prenez garde à ce que votre animal n’arrache pas le pansement et l’avale. Votre vétérinaire pourra vous fournir une collerette. Renouvelez l’application de la pommade ou du spray une à deux fois par jour. Vous pouvez vous reporter au mode d’utilisation du produit, décrit sur l’emballage ou la notice du produit, ou encore, contacter votre vétérinaire pour lui demander conseil. Lorsque vous avez affaire à une plaie profonde , contentez-vous d’y mettre un pansement et de vous rendre rapidement chez votre vétérinaire. Seul ce dernier sera capable de définir le traitement le plus adapté. Car une plaie profonde peut se traiter différemment en fonction de sa localisation et son origine. Conclusion Quelques gestes simples et des connaissances de base vous permettront de gérer les petites plaies de votre compagnon. Au moindre doute, lors d’une plaie qui vous parait assez grave, de par sa taille, son origine (morsures…), ou sa localisation, consultez votre vétérinaire. Seul ce dernier sera capable d’estimer la gravité de cette dernière et de prescrire les soins adéquats. Enfin, n’oubliez pas d’observez votre animal les heures qui suivent la blessure. Si son attitude change, qu’il paraît abattu, qu’il ne mange pas…rendez-vous rapidement chez votre vétérinaire.
Quiz sur les races de chat
25/04/2017

Quiz sur les races de chat

Il existe à ce jour plus de 80 races de chats . Si vous souhaitez testez vos connaissances sur celles-ci, ce quiz est fait pour vous... 10 questions vous attendent ! A vos claviers ! Chargement en cours...
6 aliments potentiellement dangereux pour votre chien
11/04/2017

6 aliments potentiellement dangereux pour votre chien

Nous avions déjà abordé le sujet des dangers de la maison lors d'un récent article. Les aliments toxiques sont un sujet qui revient très régulièrement sur les forum de chien.com et vous êtes nombreux à vous demander quels types de dangers peuvent se cacher dans votre foyer sans que vous ne vous en doutiez. En voici une petite liste non exhaustive. 1. Le chocolat Il arrive que nos compagnons se régalent de nos boîtes de chocolat ou bien des restes de la bûche de Noël maladroitement laissés à leur portée. La toxicité du chocolat est liée au fait qu'il contient une substance appelée théobromine qui est une substance voisine de la caféine.   Les signes de l'intoxication apparaissent 4 à 5 heures après l'ingestion.  On note des symptômes nerveux : nervosité, agitation, excitation, tremblements qui peuvent aller jusqu'à l'apparition de convulsions et même jusqu'au coma. On peut également observer des signes cardiaques ainsi que des signes digestifs tels des diarrhées et des vomissements.   Il faut savoir qu'en cas d'intoxication aiguë, l'animal peut mourir en 6 à 24 heures. En cas d'intoxication chronique, la mort peut survenir au bout de quelques jours à cause des problèmes cardiaques.   Si votre compagnon ingère une grande quantité de chocolat, il faut donc contacter rapidement un vétérinaire qui fera le nécessaire pour soigner votre animal. Il faut savoir par exemple qu'une plaquette de chocolat noir de 100 grammes peut tuer un chien de 10 kg environ. Il faut donc prendre cette intoxication au sérieux et contacter votre vétérinaire au moindre doute pour ne pas gâcher le réveillon ! 2. Le sel Cette intoxication peut se produire à n'importe quelle période de l'année mais elle est plus fréquente au moment de Noël avec l'ingestion d'aliments tels que le saumon fumé, la truite fumé, le jambon cru, les cacahouètes, etc… Les sels de déneigement peuvent également être avalés par nos petits compagnons. Les symptômes qui suivent une ingestion massive de sel sont : - des symptômes digestifs : vomissements, soif intense, diarrhée abondante, coliques. - des symptômes nerveux : hyperexcitation, convulsions, et même coma et mort subite. En cas d'ingestion de sel, il faut donner à boire à volonté à votre animal afin de le réhydrater car l'ingestion de sel entraîne une déshydratation. Vous pouvez faire cela dans un premier temps, mais il est préférable de contacter rapidement un vétérinaire afin de mettre en place un traitement approprié comme des perfusions et des diurétiques pour éliminer le sel. 3. L'alcool Il arrive que nos petits animaux familiers tombent malencontreusement sur un saladier de punch ou de sangria laissé au sol et qu'ils en boivent le contenu ! Les symptômes d'une intoxication à l'alcool sont très variés, on trouve le plus souvent des vomissements, des douleurs, une prostration, une perte d'appétit mais aussi plus rarement une jaunisse, une salivation excessive, des pertes d'équilibre, etc… Le traitement de choix est la mise en place de perfusions afin d'éliminer l'alcool. Si vous êtes confrontés à ce problème avec votre compagnon, il faut donc contacter rapidement un vétérinaire afin de soigner votre animal. 4. Le café La toxicité du café est due à la présence de caféine qui a diverses actions sur de nombreux organes comme le cœur, le système nerveux et les reins. Les principaux symptômes sont des vomissements mais aussi des symptômes nerveux comme une hyperexcitation et même des convulsions. On peut aussi avoir des troubles du rythme cardiaque et même un œdème pulmonaire (de l'eau s'accumule dans les poumons). Devant la gravité des symptômes, il faut se rendre au plus vite chez un vétérinaire. Celui-ci mettra en place un traitement visant à accélérer l'élimination de café et à diminuer son absorption. 5. Les marrons et les chataignes Les châtaignes cuites peuvent être à l'origine de ballonnements. Les marrons contiennent des tanins qui peuvent entraîner des diarrhées et des vomissements. Tous ces symptômes sont relativement bénins et rentrent rapidement en ordre avec un traitement symptomatique. Attention, ces aliments peuvent toutefois causer une occlusion intestinale en bloquant le transit digestif. 6. L'ail, les oignons et les échalotes Cette intoxication peut survenir toute l'année mais l'empressement qui accompagne les fêtes de fin d'année peuvent rendre les ménagères moins attentives et elles peuvent laisser traîner ou tomber des bulbes d'ail, d'oignons ou d'échalotes. Nos petits compagnons peuvent également jouer avec les bulbes et finir par les avaler. Ces aliments contiennent une substance qui entraîne la destruction des globules rouges et donc une anémie. Les premiers signes n'apparaissent qu'au bout d'un ou deux jours après l'ingestion des bulbes.  Les premiers signes sont digestifs : il s'agit de vomissements et d'anorexie. Ensuite, les problèmes sanguins apparaissent, il y a donc de l'anémie (diminution du nombre de globules rouges), une respiration rapide et sifflante, des problèmes cardiaques, un abattement. Avec un traitement approprié, l'évolution est généralement favorable et les signes de l'intoxication disparaissent en 8 à 15 jours. Il faut donc vous rendre rapidement chez un vétérinaire car c'est une intoxication qui se soigne bien quand elle est traitée à temps. Source : sous autorisation de reproduction de chien.com
Expositions Félines Mai 2017
04/04/2017

Expositions Félines Mai 2017

Exposition Féline d'Annecy-Sevrier 13 et 14 Mai Le Cat Club de Lyon Dauphiné Savoie vous invite à participer à l’exposition féline d’Annecy-Sevrier. Le salon se tiendra les samedi 13 et dimanche 14 mai 2017, au complexe d’Animation, situé 2000 route d’Albertville à Sevrier en Haute Savoie. L’exposition féline est sous la forme d’un concours de beauté de chats de race, de deux certificats sur deux jours, suivant le règlement d’exposition FIFe. En raison de la sortie du LOOF, les certificats obtenus sur cette exposition compteront pour un cursus FIFe uniquement. Les exposants qui ne sont pas membres d’un club FIFe pourront toutefois inscrire leurs chats en classe chaton 4/7 mois, jeune 7/10 mois ou en classe ouverte CAC/CAP. Les exposants qui souhaiteront s’inscrire dans les classes supérieures au CAC/CAP devront être membres à jour de cotisation d’un club FIFe et leur pedigree (LOOF/CFA/TICA) enregistré à la FIFe s’il ne l’est pas déjà. Le public est bien sur chaleureusement invité à venir admirer les chats et rencontrer les exposants et éleveurs venus des 4 coins de la France, mais aussi de l’étranger. Infos utiles : Ouverture au public : de 10h à 18h00 les samedi et dimanche Entrée payante : 6€ à partir de 12 ans. Contact : M. Nicolas Revenant - +33 (0)6.71.61.48.45 Mail : nicolas.revenant@cclds.fr Lieu : Complexe d'animation de Sevrier - 2000 route d'Albertville - 74320 SEVRIER Exposition Féline de Mennecy 20 et 21 Mai Organisée par le Cat Club de Paris et des Provinces Françaises (CCPPF) Contact : watrinpat@orange.fr Source
123